Fifa : les banques suisses signalent 53 activités suspectes

Siège de la FifaDes banques suisses ont signalé une cinquantaine de situations suspectes aux autorités helvétiques, dans le cadre d’une enquête sur des soupçons de corruption au sein de la Fédération internationale de football (Fifa). La justice locale se penche notamment sur l’attribution controversée des Coupes du monde 2018 et 2022 à la Russie et au Qatar.

L’enquête diligentée depuis mars par la justice suisse sur l’attribution des Coupes du monde 2018 et 2022 de football semble progresser sur le terrain financier. Le procureur général de la Confédération Michael Lauber a indiqué, ce 17 juin 2015 à Berne, que des activités bancaires suspectes avaient été détectées. « Quelque 104 relations d'affaires bancaires sont sous enquête, a-t-il informé lors d’une conférence presse. En sus les banques ont signalé au bureau anti-blanchiment quelque 53 cas suspects ».

Ces informations ont été transmises par des établissements suisses sur le vaste scandale qui agite la Fédération internationale de football (Fifa), le « Fifagate », depuis le 27 mai et l’arrestation de plusieurs personnalités de ce sport.

Les banques « ont fait leur devoir » dans ce dossier, a lancé le procureur. Ce dernier n’a pas exclu d’auditionner prochainement le secrétaire général de la Fifa, Jérôme Valcke, ainsi que le président démissionnaire de cette organisation tutélaire du football mondial, Joseph Blatter.

« Le monde du football doit être patient »

Les autorités suisses se penchent depuis quatre mois, suite à une plainte de la Fifa, sur l’attribution controversée des Mondiaux 2018 et 2022 à la Russie et au Qatar. Des désignations en 2010 qui seraient entachées de corruption, notamment.

« Neuf terabytes (une unité de volume de données informatiques, Ndlr) de données (ont été saisies) dans l'enquête sur l'attribution des coupes du monde de football 2018 et 2022, a souligné Michael Lauber. Des preuves ont été récoltées qui concernent ces 104 relations bancaires ».

Fin mai, la justice suisse avait procédé à une saisie de documents au siège de la Fifa, à Zurich. Le décorticage de ces données s’annonce fastidieux. « Le monde du football doit être patient », a insisté M. Lauber, assurant que cette enquête est « très complexe ».

Le « Fifagate » a éclaté il y a trois semaines, avant l’ouverture d’un Congrès de la Fifa. La justice américaine avait de son côté annoncé le même jour l’inculpation de 14 personnes, dont le Trinidadien Jack Warner, pour des soupçons de « racket, fraude et blanchiment » portant sur une période de près de vingt-cinq ans. Les autorités américaines avaient également mis en cause l’attribution des Coupes du monde 1998 et 2010.

Le 29 mai, Joseph Blatter avait pourtant été réélu président de la Fifa malgré ces divers scandales. Le Suisse avait ensuite annoncé sa démission le 2 juin et la tenue d’un nouveau congrès électif entre décembre 2015 et mars 2016. (RFI / Votre Afrique)

Lu 881 fois

Cours de change

Convertir