France : pas d'accord avec la déchéance de Nationalité, Christiane Taubira démissionne

Icône de la gauche, Christiane Taubira avait exprimé ouvertement son désaccord avec la réforme constitutionnelle

La ministre de la Justice Christiane Taubira a remis sa démission à François Hollande qui l'a acceptée. Elle s'était publiquement opposée à la réforme constitutionnelle. Le député du Finistère Jean-Jacques Urvoas a été nommé pour la remplacer.

"Parfois résister, c'est partir." L'icône de la gauche, Christiane Taubira, quitte le gouvernement. La ministre de la Justice a remis, mercredi 27 janvier, sa démission au président de la République François Hollande qui l'a acceptée et a nommé le député socialiste Jean-Jacques Urvoas pour la remplacer.

Proche de Manuel Valls, Jean-Jacques Urvoas est l'actuel président de la Commission des lois de l'Assemblée nationale. Il était à ce titre chargé d'une mission pour trouver une solution à la réforme constitutionnelle de la déchéance de nationalité, à laquelle Christiane Taubira s'était publiquement opposée à plusieurs reprises.

François Hollande et Christiane Taubira "ont convenu de la nécessité de mettre fin à ses fonctions au moment où le débat sur la révision constitutionnelle s'ouvre à l'Assemblée nationale, aujourd'hui, en Commission des Lois", explique ainsi l'Élysée dans un communiqué.

Respectée des "frondeurs" du PS et icône de la gauche depuis le "Mariage pour tous", Christiane Taubira, cible privilégiée de la droite et de l'extrême droite, s'est à plusieurs reprises retrouvée en délicatesse avec l'Élysée et Matignon depuis son arrivée place Vendôme en 2012.

Le 27 Janvier 2016
Avec Reuters

Lu 1567 fois

Cours de change

Convertir