L'Europe et la tentation de ne compter que sur la BCE

Symbole de l'Euro au siège de la BCE

Le Français Benoît Coeuré, membre du directoire de la BCE, met en garde les pays de la zone euro dans une interview accordée à plusieurs grandS journaux européens. Les gouvernements européens ne doivent pas compter uniquement sur la Banque centrale européenne pour faire repartir la croissance, car sinon «cela va mal finir».

Benoit Coeuré, membre du directoire de la BCE, prévient dans une interview au Figaro qu’il ne faut pas se reposer uniquement sur la BCE pour retrouver le dynanisme économique. Il exhorte les pays de la zone euro à mener des réformes structurelles et à réduire leurs dettes afin de faire repartir la croissance et l’emploi. Selon lui, le rôle de la BCE est d’accompagner ces efforts.

Quant à un possible renforcement de sa politique monétaire accommodante, la Banque centrale européenne le décidera en décembre 2015. Une décision qu’elle prendra en fonction de l’économie réelle et non des marchés financiers. Depuis deux ans, la BCE a abaissé ses taux directeurs à des niveaux historiquement bas et mis à disposition des banques des prêts en grande quantité. Elle rachète chaque mois depuis mars 2015 quelque 60 milliards d'euros de dettes sur les marchés. Une politique qui n’a pas encore donné des résultats sur la hausse des prix.

Le président de la BCE, Mario Draghi, s’est montré peu optimiste sur la perspective d’un retour durable d'une inflation acceptable dans la zone euro. Il met en cause la faiblesse persistante de l’économie européenne.

Le 14 Novembre 2015
Avec RFI

 

 

Lu 1348 fois

Cours de change

Convertir